Dans le cadre de ses activités de l’année 2017-2018 du programme agro-biodiversité, APN-Sahel a tenu des ateliers de formation dans sept (7) villages à travers le Burkina Faso. Cette activité a consisté d’abord à renforcer les capacités des participants en leadership; ensuite à promouvoir le genre et enfin à plaider pour l’accès des terres aux femmes et aux jeunes.

Pendant plusieurs jours, une équipe d’APN-Sahel a tenu des ateliers de formation dans les villages de Gankouna, Gongadanédjo, et Mentao (dans la province de Soum), Toudoumzougou (dans la province de Boulgou), Kosmassom (dans le Bazéga), Kounda (dans la province du Boulgou), et Koulgorin (dans la province de Boulikiemdé)

 

Formation en Leadership

Dans le monde rural, le leadership se présente comme un concept et des attitudes qui peuvent s’appliquer à plusieurs domaines de la vie. C’est pourquoi les participants  et participantes ont voulu adopter ces attitudes de leader pour le développement de leurs entreprises agricoles, pastorales ou commerciales, et plus loin pour le développement de leur commune. Ainsi, APN-Sahel a insisté sur le fait que les jeunes devraient adopter le concept le leadership dans le but d’assurer une relève fructueuse dans leurs communautés.

 

Promotion de l’égalité Homme-Femme

Les rapports d’inégalités entre homme-femme sont une réalité dans les sociétés rurales burkinabé. Ils se manifestent entre autres par la ‘’prise en charge de la femme par l’homme, depuis la dépense du mariage jusqu’à celle du ménage’’ a déclaré un participant à la formation. Par conséquent, APN-Sahel à travers ce module sur le genre, attend changer la position d’infériorité longtemps occupée par les femmes.

Plaidoier en faveur de l’accès à la terre par les femmes et les jeunes

 Un des moments forts de la formation a été le plaidoyer. En effet, APN-Sahel a exhorté les chefs de familles, les chefs traditionnels et les responsables religieux et coutumiers à permettre aux femmes ainsi qu’aux jeunes d’avoir accès au foncier. L’application de cette recommandation est un essentiel vecteur de développement rural.

Tamboura Aïbata « Ces formations nous éveillent. La preuve, des réalités sont sorties pendant la formation et des solutions seront apportées. C’est sûr qu’elle entrainera des changements de comportements ».

 

Tamboura Boukari : « Nous avons beaucoup appris de cette formation. C’est pour cela, que chacun va mettre de l’eau dans son vin désormais, homme comme femme, afin que nous puissions travailler ensemble. Le leadership permettra aux femmes d’occuper des postes de responsabilité et de s’exprimer en publique lors des rencontres dans le village ».

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *