Une mission d’APN-Sahel conduite par son Coordonnateur, Richard Minougou, a visité Namagzanga, une unité de transformation d’huile de balanistès. C’était le vendredi 7 décembre 2018 à Satenbila. Le but de cette visite était de renforcer les capacités de nos bénéficiaires du groupement de Fili-Fili qui œuvrent également dans la production de cette huile.

Unité de transformation de balanitès à Satenbila

Après 200 km de route parcourue le vendredi 7 décembre 2018, la mission d’APN-Sahel composée de 8 personnes, arrive à Santenbila. C’est un petit village enclavé de la Région de Sanmatenga. Là, une trentaine de femmes mobilisées devant une infrastructure nous attendait. En effet, il s’agissait des femmes de l’unité de transformation nommée Namagzanga qui s’adonnent à la transformation d’huile de Balanitès.

La genèse de l’entreprise collective

Après introduction par notre guide, Minata Karambiri, Chef de Projet Agriculture Familiale Durable (AFD) à ATAD, la présidente de Namagsanga Sawadogo Samandé nous a relaté la genèse de l’activité : « tout a commencé en 2013 environ, où lors d’une visite au périmètre maraicher des femmes par des partenaires, les bénéficiaires ont profité exposer l’huile de balanitès extrait de manière traditionnelle ». Et ce fut le début d’une collaboration avec ATAD et ses partenaires qui les ont soutenus avec divers appuis depuis l’époque selon la présidente. C’est alors que le groupement a été menu d’un bâtiment de deux (02) pièces, l’une abrite un broyeur et un presseur à huile, et l’autre abrite un filtre à huile.

Les amandes de balanitès

Le processus de production de l’huile de Balanitès

Venues de Djibo plus précisément du village de Fili-Fili Zoromé Aminata et Kindo Adjara, membres d’une entreprise qui évolue également dans la transformation du balanitès mais de manière artisanale, se sont faites expliquer le processus de production avec les machines :

Avec un tricycle le groupement fait la collecte des fruits de balanitès. Ensuite les membres passent au lavage des fruits pour enlever la pulpe et les fruits sont étalés au soleil pour séchage. Les fruits bien séchés, les femmes les débarrassent de leurs coques puis elles récupèrent les amandes. Les amandes sont maintenant mises dans le broyeur puis réduite en poudre. Cette poudre, est alors versée dans le presseur, et elles obtiennent l’huile de balanites d’une part et d’autre part des résidus, qui sont bien appréciés par les animaux et dans la fabrication du compost.

Enfin, l’huile de balanitès est portée dans le filtre qui se trouve dans la pièce d’à côté et ainsi prête à l’utilisation.

En retour, les femmes de Fili-fili ont apprises aux femmes de Satenbila, comment utiliser les résidus du presseur pour faire du savon.

Namagzanga a produit en 2017 environ 3500 litres d’huile, mais la difficulté majeure de l’entreprise reste la commercialisation que ses membres déplorent.

Pour terminer la visite, APN-Sahel par la voix de son Coordonnateur a félicité l’unité de transformation de Satenbila pour leur travail fourni et a invité celles de Fili-fili à en faire de même lorsqu’elles seront également équipées.

Chargée de Communication

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *